"Du choc des IDÉES jaillit la LUMIÈRE !"


Comme Gaïma est toujours à l’affût des percées technologiques, il nous apparaît important d’alimenter vos réflexions et ainsi contribuer, à notre façon, à vous tenir informés.

Si, par ailleurs, vous voyez des sujets d’importance, Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Après tout, plusieurs têtes valent mieux qu’une !

Le WEB a-t-il des limites ?!

Vous croyez qu’internet atteindra son apogée? Détrompez-vous! On n’a qu’à penser au géant Google dont la mission est d’organiser et de rendre disponible tout l’information qui existe.

Du bout des doigts, vous avez maintenant accès à une multitude d’informations. Que ce soit pour vos vacances, pour une recette, pour lire un article de journal, pour chercher votre itinéraire ou pour obtenir plus d’informations sur un produit, le Web est une porte d’entrée facile et accessible. Dire qu’il y a à peine une dizaine d’années, nous ne disposions pas d’un outil aussi précieux et performant!


Ce qui est plus surprenant encore c’est que : «Aujourd'hui, nous ne disposons que de 5 % des connaissances que nous aurons dans 50 ans. Dans 50 ans, 95 % du savoir aura été découvert au cours des 50 dernières années», estime Dave Evans, planificateur futuriste du groupe de solutions d'affaires Internet chez Cisco.*

De là l’importance d’avoir votre propre site web, pour bien mettre en évidence vos produits ou services et « placer vos pions » sur le marché virtuel. Il faut en effet le faire dès maintenant car imaginez, si on peut déjà avoir accès à Google street view, qu’est-ce que ce sera dans 10-20 ou même 50 ans!

*THERRIEN Yves.  L'avalanche technologique gronde à nos portes.




Tout le monde aime les rabais !*

La publicité sur le Net

 

Selon une enquête américaine sur les attitudes des consommateurs envers la publicité menée par Econsultancy auprès de 1 430 répondants : la connaissance peut amplifier le mépris.

 

C’est bien connu, la plupart des gens détestent les publicités à la télé. Qu’en est-il du Net ? Selon cette étude menée le 28 avril 2010, environ le tiers des 18 – 54 ans et presque la moitié des 55 ans et plus… n’apprécient pas de recevoir de la publicité par courriel.

 

Environ le quart des 18-24 ans et les 55 ans et plus n’aiment pas être sollicités sur leur cellulaire. La proportion passe environ au tiers pour les 25-54 ans.

 

Et qu’en est-il de la publicité sur les sites Web ? Le quart des 18-24 ans, alors que plus du tiers des 25 et plus, sont rebutés.

 

Comme un tableau vaut mille mots, voici différents types de médias sur lesquels les internautes américains, par groupe d’âge, détestent le plus avoir de la publicité :

 

Êtes-vous surpris de constater que la publicité faite sur les sites Internet est plus populaire auprès des 18-24 ans ? Que celle faite à la télévision choque davantage les 55 ans et plus ? Et que celle qui heurte le moins les 55 ans et plus, c’est celle faite sur le cellulaire ? De façon générale, il semble que les 18-24 ans sont plus « perméables » à la publicité sous toutes ces formes…

 

Maintenant, survolons les raisons qui font que les internautes apprécient les publicités virtuelles :

 

63 % ont mentionné qu’ils appréciaient les rabais (quelle surprise!);

46 % disent que c’est un bon rapport temps vs articles gratuits;

42 % précisent qu’ils ont appris quelque chose de nouveau;

19 % soulignent qu’ils en ont fait eux-mêmes la demande;

7 % énoncent que quelqu’un leur a recommandé la publicité.

 

Bien que l’étude soit américaine, nous pouvons supposer que ces réactions ne sont peut-être pas si loin de celles au Québec. Pensez à votre entourage…

 

Du moins, cela peut nous aiguillonner sur nos stratégies marketing Web. À vous d’en tirer votre épingle du jeu !

 

*Inspiré de l’article virtuel publié par eMarketer, Best ads feature deals, consumers say, 10 mai 2010.

Tout le monde aime les SOLDES!* - La PUBLICITÉ sur le Net

Selon une enquête américaine sur les attitudes des consommateurs envers la publicité, menée par Econsultancy, auprès de 1 430 répondants: la connaissance peut amplifier le mépris.

C’est bien connu, la plupart des gens détestent les publicités à la télé. Qu’en est-il du Net? Selon cette étude menée le 28 avril 2010, environ le tiers des 18 – 54 ans et presque la moitié des 55 ans et plus… n’apprécient pas de recevoir de la publicité par courriel.

Environ le quart des 18-24 ans et les 55 ans et plus n’aiment pas être sollicités sur leur cellulaire. La proportion passe environ au tiers pour les 25-54 ans.

Et qu’en est-il de la publicité sur les sites web? Le quart des 18-24 ans, alors que plus du tiers des 25 et plus, sont rebutés.

Comme un tableau vaut mille mots, voici différents types de médias sur lesquels les internautes américains, par groupe d’âges, détestent le plus avoir de la publicité:

blogue2_20100518

 

 

Êtes-vous surpris de constater que la publicité faite sur les sites internet est plus populaire auprès des 18-24 ans?

Que celle faite à la télévision choque davantage les 55 ans et plus? Et que celle qui heurte le moins les 55 ans et plus, c’est celle faite sur le cellulaire?

De façon générale, il semble que les 18-24 ans sont plus « perméables » à la publicité sous toutes ces formes…

Maintenant, survolons les raisons qui font que les internautes apprécient les publicités virtuelles :

  • 63 % ont mentionné qu’ils appréciaient les soldes (quelle surprise!);
  • 46 % disent que c’est un bon rapport temps vs articles gratuits;
  • 42 % précisent qu’ils ont appris quelque chose de nouveau;
  • 19 % soulignent qu’ils en ont fait eux-mêmes la demande;
  • 7 % énoncent que quelqu’un leur a recommandé la publicité.

Bien que l’étude soit américaine, nous pouvons supposer que ces réactions ne sont peut-être pas si loin de celles au Québec. Pensez à votre entourage…

Du moins, cela peut nous aiguillonner sur nos stratégies marketing Web. À vous d’en tirer votre épingle du jeu!

*Inspiré de l'article eMarketer, Best ads feature deals, consumers say.



Tout le monde aime les rabais !*

La publicité sur le Net

 

Selon une enquête américaine sur les attitudes des consommateurs envers la publicité menée par Econsultancy auprès de 1 430 répondants : la connaissance peut amplifier le mépris.

 

C’est bien connu, la plupart des gens détestent les publicités à la télé. Qu’en est-il du Net ? Selon cette étude menée le 28 avril 2010, environ le tiers des 18 – 54 ans et presque la moitié des 55 ans et plus… n’apprécient pas de recevoir de la publicité par courriel.

 

Environ le quart des 18-24 ans et les 55 ans et plus n’aiment pas être sollicités sur leur cellulaire. La proportion passe environ au tiers pour les 25-54 ans.

 

Et qu’en est-il de la publicité sur les sites Web ? Le quart des 18-24 ans, alors que plus du tiers des 25 et plus, sont rebutés.

 

Comme un tableau vaut mille mots, voici différents types de médias sur lesquels les internautes américains, par groupe d’âge, détestent le plus avoir de la publicité :

 

Êtes-vous surpris de constater que la publicité faite sur les sites Internet est plus populaire auprès des 18-24 ans ? Que celle faite à la télévision choque davantage les 55 ans et plus ? Et que celle qui heurte le moins les 55 ans et plus, c’est celle faite sur le cellulaire ? De façon générale, il semble que les 18-24 ans sont plus « perméables » à la publicité sous toutes ces formes…

 

Maintenant, survolons les raisons qui font que les internautes apprécient les publicités virtuelles :

 

63 % ont mentionné qu’ils appréciaient les rabais (quelle surprise!);

46 % disent que c’est un bon rapport temps vs articles gratuits;

42 % précisent qu’ils ont appris quelque chose de nouveau;

19 % soulignent qu’ils en ont fait eux-mêmes la demande;

7 % énoncent que quelqu’un leur a recommandé la publicité.

 

Bien que l’étude soit américaine, nous pouvons supposer que ces réactions ne sont peut-être pas si loin de celles au Québec. Pensez à votre entourage…

 

Du moins, cela peut nous aiguillonner sur nos stratégies marketing Web. À vous d’en tirer votre épingle du jeu !

 

*Inspiré de l’article virtuel publié par eMarketer, Best ads feature deals, consumers say, 10 mai 2010.